Prouvez que vous n’êtes pas une machine : 6   +   4   =  

Le chausseur Minelli veut sortir d’une communication verticale et se rapprocher de ses clientes. Il a choisi pour cela l’agence féministe Mad&Woman et sa nouvelle entité Madsquad, composée d’influenceuses.

« Nous avons besoin de plus de proximité avec les clientes, de casser le côté statutaire »,reconnaît Nathalie Lambert. Elle a donc organisé une compétition qui a opposé trois agences aux modèles très différents: Kind Paris, le Bureau Cécile Togni et l’agence Mad & Woman. C’est cette dernière qui l’a emporté.

« La cliente ne se projette plus dans l’image d’un top model. La marque raconte une tendance, mais on ne dialogue plus avec le consommateur », observe Christelle Delarue, cofondatrice et présidente de l’agence Mad & Woman. « Et, surtout, on se coupe de la diversité de la cliente, alors même qu’elle est au cœur de l’offre Minelli avec 500 nouveaux modèles par saisons, soit 1 000 par an.» Dont environ 80% s’adresse aux femmes.

Pour ce projet, Mad & Woman inaugure sa Mad Squad, composé de vingt-deux influenceuses. Pour incarner le projet, Minelli a choisi 5 influenceurs majoritairement composé de femmes : Claire Most, Adeline Mai, Lucie Agras, Diane Sagnier. A ces jeunes femmes s’ajoutent le profil du beau Stefan Tysseire déjà aperçu dans les campagnes du Slip Français. A travers une série de visuels et de films, la Mad squad chaussée par Minelli est bien loin des mannequins rigides et statutaires. Les internautes pourront suivre dorénavant les aventures des influenceurs qui semblent tout droit sortis d’une pub Benetton.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :